Dernières actualités

Insatiable perspective

Chaque mois, Ici Est l’Art vous invite à découvrir un artiste vivant de notre région grâce à une exposition d’œuvres récentes dans l’espace de travail partagé Epicentre Factory. En Mai 2019, c’est à l’artiste Guy Nouvel que nous confions notre regard pour découvrir l’art de l’aquarelle.

Guy Nouvel observe, contemple et saisi l’espace d’un instant, les émotions suscitées par un paysage de neige, de brumes matinales et tant d’autres splendeurs naturelles. Le dessin en extérieur, esquisses crayonnées et détaillées, sont à la base de l’œuvre produite par la suite en atelier. Au fil de ses recherches, il utilise davantage l’eau au point de transposer sur feuille les effets humides de la nature, de la neige à la pluie en passant par tous types de phénomènes. Adepte de la sentence du peintre Balthus pour qui « le talent ne s’éprouve que dans le travail »,Guy Nouvel s’émancipe alors de la technique pour réaliser sans cesse sa quête d’émerveillement. En fin connaisseur de l’œuvre de l’aquarelliste belge Xavier Swolfs, il choisit également de partager l’émotion du temps présent, tout en douceur et transparence. Cadrage décalés, cimes vertigineuses, romantisme et mélancolie dévoilent un univers singulier d’une nature inspirante.
Chaque nouvelle création de Guy Nouvel tente de convoquer une sensibilité immatérielle à la force atmosphérique réellement vécue. La magie opère au-delà de la maîtrise du mélange des pigments et de l’eau apposés sur le papier chiffon. Tâches et éclaboussures ne sont que vibrantes expressions du vivant qui se dégage dans cette insatiable quête de réalité traversée par le peintre. La fascination plus que la passion encore, amène l’artiste à se dépasser un peu plus chaque jour, à créer librement autour de ce qu’il considère comme le sens de la vie et bien davantage. Sa furieuse quête du beau se rapproche d’une obsession pour faire éclater la vérité, pinceaux et carreaux de couleurs à l’appui. Le plaisir deGuy Nouvel nous transporte aux limites du paysage, dans notre propre monde intérieur qui s’enrichit alors de nouvelles essences, de vapeurs fraîches des montagnes du Livradois.

Plus récemment il s’est lancé dans l’aventure de l’illustration, celle de l’histoire du soldat Henri-Louis Chassaigne, originaire de Marsac-en-Livradois, fusillé pour l’exemple en 14-18. Engagé dans la diffusion des arts, Guy Nouvel est le cofondateur du Salon des Arts de Marsac-en-Livradois et pour lequel il a reçu en 2017 la Médaille du Sénat en récompense des actions menées depuis 1998.

GUY NOUVEL AQUARELLISTE / Né à Saint-Saëns (76)
Formation
1990:Atelier de Bernadette Nourisson, Diplômée École Beaux Arts d’Avignon.

Expositions
2018 : 1er Prix du Jury Salon d’Automne - Thiers (63)
2016 : Salon International de peinture et de sculpture - Le Puy-en-Velay (43) / Prix d’Aquarelle de la Région Auvergne-Rhône-Alpes
2015 Salon de peintures - Saint-Trivier-de-Courtes (01)
2012 : 2e Prix « Nouveaux Talents » Salon International d’aquarelle "Confluences" à Aiguillon (47)
2010  : Festival d’Aquarelle de Pouilly-les-Nonains (42)
2000 : 2e Prix Catégorie Aquarelle Salon de Chamalières « Carrefour des Arts » (63)
1992-94 : Salon du Lys de l’École de Barbizon - La Chaise-Dieu (43)

Illustration
2016 Création de la Bande Dessinée / « Histoire du soldat Marsacois Henri-Louis Chassaigne 1876-1915 »

EXPOSITION DU 6 AU 31 MAI 2019 Inauguration samedi 25 Mai à 18h30

Epicentre Factory – 5 rue St Dominique – 63000 Clermont-Ferrand
Entrée libre du lundi au vendredi de 9h à 18h, certains soirs et weekend, et sur RDV.

ATELIER N°7 : Présence de l’artiste lors des Arts en Balade :
  • vendredi 24 mai : 14h-19h
  • samedi 25 mai : 10h -21h : vernissage dès 18h30
  • dimanche 26 mai : 11h-17h.

Evénement facebook
Contact Ici Est l’Art – Cécile Quintin – 06 74 45 95 44 - iciestlart@gmail.com

Vie, survie... la jungle

HÔTEL DE VILLE DE GERZAT - EXPOSITION DU 19 MARS AU 16 MAI 2019 - Vernissage vendredi 22 mars 18h30

A partir des objets usuels de notre quotidien, tous en plastique vert, Christophe Dalecki élabore un mimétisme végétal telles des jungles synthétiques. Il compose un dialogue doux-amère et provoque les consciences avec beaucoup de dérision. Une recherche picturale et sérielle honore le dessin de formes graphiques et nuancées, sur papier, complémentaire aux installations en volumes. Les formes diverses et récurrentes des végétaux, de la géométrie comme de la poésie qui s’en dégagent, évoquent la matière et ses circonvolutions.

L’artiste plasticien explore les rapports contemporains entre nature et culture.

« Métaphore de l’épanouissement de vie dans toutes choses, la spirale semble également sortir de la surface de l’oeuvre pour se répandre à l’infini... »
Christophe Daleckiquestionne la nature qui nous entoure, et dont nous composons le paysage, urbain ou rural, sauvage ou citadin. Drôle de survie pour tout être humain qui n’a de cesse d’évoluer pour trouver l’harmonie dans une telle société, voire dans une certaine jungle.

Entrée libre du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et 13h à 17h (vendredi 16h).
Plus de renseignements auprès de ICI EST L’ART : 06 74 45 95 44

L’artiste a animé un atelier "Floraison Plastique" au centre de Loisir et Jeunesse lors des vacances de printemps 2019.

INCI/danses Louis-Paul BAUDOT

INCI/danses Louis-Paul Baudot

L’exposition présente quatre tableaux de grand format. Féru de musique jazz, Louis-Paul Baudot peint les continuités et syncopes qui s’imposent dans un même élan. C’est la résultante de l’irruption d’une émotion, stupeur, ravissement ou colère, qui est ainsi mise en rythme. Les énergies composent un instantané entre acmé, équilibre et contemplation. L’artiste fragmente, dissout ses lignes et crée dans ce mouvement des ouvertures nécessaires aux échappées vers l’ailleurs. Telle l’incidence d’une danse à l’autre.

Ce peintre, philosophe et écrivain, œuvre depuis 40 ans dans ces domaines et l’abstraction visuelle lui sert de prétexte à la libération de la pensée. Formé à la pêche en haute mer, il transparait également dans ses toiles, un vent de navigation…

Un ensemble de seize dessins est également présenté à Epicentre Factory. Les variations du dialogue entre les graphismes de Louis-Paul Baudot et les écrits de Bertrand Chavaroche, donneront lieu à plusieurs lecture du texte inspiré de ce premier échange créatif.

" Se risquer à présenter la peinture de Louis-Paul Baudot, c’est parler d’irruptions de lumière hautes en couleurs (…) De quoi illuminer les minutes du temps qui nous regarde passer, traverser des nuées claires-obscures, des tourbillons de feux follets, des architectures de voiles en suspension, des formes galbées de gaieté... autant d’éclats d’une abstraction qui, contrairement aux apparences, serait hyper-réaliste tant y affleure le travail de la chair, du sang, des muscles. " Bertrand Chavaroche

EXPOSITION DU 4 AU 30 MARS 2019 / PROLONGATION JUSQU’AU 4 AVRIL !!
Vernissage mercredi 6 mars à partir de 18h30

EPICENTRE FACTORY
5 rue Saint Dominique
Entrée libre du lundi au vendredi 9 h > 18 h

Contact : ICI EST L’ART / Cécile Quintin / 06 74 45 95 44

Rutilante tempête

EXPOSITION DU 1er AU 28 FÉVRIER 2019 Vernissage vendredi 8 Février 18h30


AUDREY GALAIS
Rutilante Tempête

« La deuxième exposition de l’année 2019 dans l’espace de travail partagé Epicentre Factory s’ouvre sur l’œuvre d’une jeune artiste de la scène artistique contemporaine, Audrey Galais. »

Audrey Galais fait de la sculpture. La plupart du temps...
Mais de la même façon qu’on a envie de sortir prendre l’air, après avoir porté son attention trop longtemps sur une tâche précise, Audrey a récemment réalisé quelques peintures, histoire de s’aérer un brin. Une pause, avant de retourner à ses bois flottés, cordes, filets, et autres matériaux que rejette l’océan primordial qu’elle n’a jamais vraiment quitté. Et c’est encore là qu’elle retourne, le temps d’une balade : mouvements des vagues, écume de vin, maelstroms de plâtre et déferlantes de pigments purs...
En Galaisie, comme partout ailleurs, si on marche tout droit pendant un certain temps, au bout du chemin, on retrouve toujours la mer.

EPICENTRE FACTORY
5 rue Saint Dominique

Entrée libre du lundi au vendredi 9 h > 18 h
Ouverture exceptionnelle dans le cadre du festival du Court Métrage, en weekend les 2, 3 et 9 février, certains soirs et sur rdv.

Contact : ICI EST L’ART / Cécile Quintin / 06 74 45 95 44

Arbres, papillotes et scarabées

« ISABELLE MORANGE
Arbres, papillotes et scarabées »

La première exposition de l’année 2019 dans l’espace de travail partagé Epicentre Factory s’ouvre sur l’œuvre d’une artiste reconnue de la scène artistique contemporaine, Isabelle Morange.

Deux directions de prédilection sont remarquables dans le travail de l’artiste : la peinture et le dessin. C’est avec la série des Arbres, commencée il y a 7 ans, que le sujet n’est plus une fin en soit mais bien un prétexte au simple fait de peindre. A cela s’ajoute l’ouverture sur l’interrogation de l’artiste pour sur cette discipline artistique. Il est davantage question de transformation et de transposition du réel : la conversion d’un espace tridimensionnel en surface plane. La forêt se prête au jeu, avec une alternance de pleins et de vides, une juxtaposition et succession de verticales aux largeurs variables. La graphie des troncs alternant avec la lumière et camaïeux d’écorces, de mousses et moiteur de l’air. La sensation de distance comme de profondeur, se trouve également bousculée par quelques perspectives inversées liées à l’accumulation aléatoire des arbres anciens. La couleur vient encore contredire le tracé des surfaces sombres et peu contrastées du premier plan, avec des teintes éclatantes plus éloignées...

Prolongeant cette dissection picturale de Dame Nature, dévoile une population de scarabées largement esquissés à la gouache sur papier. Mise en abîme de notre univers chaotique et laborieux ? Éloge de la lenteur contemplative ?

Et quel décalage supplémentaire vient augmenter cette série de papillotes au ton léger !
La démarche créative d’Isabelle Morange est inverse : le point de départ est un proverbe, une expression… Les mots font partie intégrante du travail, que ce soit par le titre, qui donne un sens à la proposition plastique, ou un texte intégré aux images.
C’est le cas pour ’’Histoires d’amour et autres dessins humoristiques’’, onze satyres de nos espoirs et de nos travers, inspirées des vignettes de papillotes de Noël : un texte manuscrit et un dessin à l’encre bleue sur papier sulfurisé. Un régal...

EXPOSITION DU 7 AU 31 JANVIER 2019
Vernissage vendredi 11 janvier à partir de 18h30

EPICENTRE FACTORY
5 rue Saint Dominique
Entrée libre du lundi au vendredi 9 h > 18 h / Sur rdv et ouverture certain soirs et weekend.

Vagabonder

« A sauts et à gambades » tel pourrait être le titre d’un parcours entre abstraction et figuration.

Josiane Pinel Debris s’approprie la toile tantôt comme un champ d’expérimentation picturale où, seul compte les rapports entre formes, matières et
couleurs. D’autres fois, les surfaces s’organisent pour évoquer des scènes avec des paysages et des personnages. La série « Retour aux villages » est née d’une vision de silhouettes, de dos, contemplant des maisons. Elle interroge le positionnement face aux lieux d’où nous venons : « Est-ce un retour où un départ ? S’agit-il d’une métaphore, d’un questionnement sur le cours de la vie ? »

La série abstraite s’appuie sur le même vocabulaire plastique des formes colorées juxtaposées, séparées par des contours contrastés. Cette série s’apparente à un jeu d’édifices colorés et de paysages organiques, à la recherche d’un équilibre. L’artiste invite le spectateur au cœur de la matière et des couleurs. Avant tout plasticienne, Josiane Pinel Debris explore l’abstraction comme la figure, dans des expérimentations technique de l’acrylique à l’aquarelle. Son style se caractérise notamment par une subtile sensibilité chromatique. La composition entre rigueur et sensualité la toile est un dialogue constant ntre hasard et nécessité.
Josiane Pinel Debris s’est nourrie de différentes rencontres notamment au contact de Yves Desvaux Veeska et de Ben Ami Koller. Elle est responsable de l’atelier de dessin ‘Diagonales’ à Clermont-Ferrand depuis 1990.

Vernissage mercredi 5 décembre 18H30 en présence de l’artiste

EPICENTRE FACTORY
5 rue Saint Dominique. Entrée libre du lundi au vendredi 9 h > 18 h
Sur rdv et ouverture certain soirs et weekend ( Marché de Noël Etsy, 8 et 9 décembre).
Fermeture vacances de Noël.
Coordination exposition : ICI EST L’ART / Cécile Quintin / 06 74 45 95 44

Volcanisme exotique

Exposition 1er Juin au 31 Juillet Hôtel de Ville de Gerzat

Guillaume Hermant

Voyages en pays exotiques

Autodidacte, Guillaume Hermant a voyagé sur plusieurs continents avant d’effectuer son premier voyage à vélo à travers le Massif Central. Cet amateur de faune et de flore sauvage découvre alors un moyen de locomotion respectueux de l’environnement, lent et contemplatif propice à la prise de vue photographique. Depuis, ses voyages sont de plus en plus époustouflants. Il réalise d’abord la performance de 11 mois en VTT à travers l’Europe, depuis l’Allemagne jusqu’au Cap Nord, et de la Pointe Septentrionale à la Sicile. Deux ans plus tard, il part en ski durant trois mois au cœur de l’hiver scandinave, pour attraper de spectaculaires aurores boréales en Laponie. Dernièrement, il a fait le tour du Lac Baïkal et a traversé la Mongolie à la rencontre des paysages de plaines et déserts. Les photographies issues de ses voyages témoignent d’une immersion totale en pleine nature voir d’une métamorphose.

Campé sur les sommets face au soleil couchant ou dans l’attente du regard de la bête sauvage, le spectateur se plonge dans une réalité si proche et lointaine à la fois qu’il fait corps et se voit forcer d’admirer simplement la beauté ainsi prise sur le vif. L’artiste s’enfonce si profondément dans des lieux isolés qu’il ramène des clichés d’une rare authenticité, empreint d’une force naturelle comme un appel à nos propres racines animales.

Voyageur photographe, de retour de l’île de la Réunion début 2018 / Cadrages naturalistes particulièrement choisis sur les lieux imprenables / Prises de risques / Observations de l’environnement contemplative

« #naturaliste #paysagesmonde #couleurs »

Hôtel de Ville de Gerzat – Place de la liberté 63360 Gerzat


Entrée libre du lundi au vendredi 8h30 – 17h (16h le vendredi)

A L’ENVERS par Olivier Agid

Exposition du 4 juin au 14 Juillet 2018/ vernissage jeudi 7 juin à 18h30 / Epicentre Factory

OLIVIER AGID

A l’Envers

Présentation d’œuvres en résonance avec UP’ une exposition de l’Institut des Actes.

Archaïsmes de la création

L’exposition est le résultat d’un échange entre certaines personnalités investies dans une expérience interrogative. Elle décrit quelque chose de leur univers et de leur vision. Les pièces évoquent la vie des choses, certains rêves lointains. Ça commence avec la parole, ça s’achève dans une image du visible.

"Personalities ask question about what they do, what we see ?"
C’est visuel, audio, matériel et éphémère.

L’Institut des actes est un lieu d’art. C’est un instrument d’image qui traite du monde mutant où nous vivons. Il relie des personnes très différentes les unes des autres

Samedi 9 juin à l’institut des Actes
Ouverture de l’exposition évolutive UP’
Vernissage tombée de nuit 22 h > minuit.
Entrée libre de 14h - 18 h.

Adresse
Institut des Actes
Show-room Bâtiments G et F.
Ancienne manufacture des tabacs, Rue Maurice Berger 63200 RIOM

Laurent Bout, balade en peinture



EXPOSITION 2 – 31 MAI 2018 / ATELIER N°1 DES ARTS EN BALADE 25>27 MAI

LAURENT BOUT


Mécano


« Un tableau est essentellement une surface plane recouverte de couleurs et de
formes en un certain ordre assemblées. » Maurice Denis


Les constructions hétéroclites, les enchevêtrements de formes organiques sont pour Laurent Bout une façon de réinventer le monde. Dans la lignée d’artistes comme Arcimboldo qui créait ses portraits par des accumulations d’éléments naturels (plantes, fruits…) ou plus récemment de Fernand Léger, dont les personnages sont constitués d’assemblages de formes élémentaires, le travail de l’artiste auvergnat s’attache à construire une abstraction poétique et insolite.

Divers éléments non figuratifs opère une recomposition subjective de la réalité. Cette métamorphose s’élabore comme un jeu de construction d’apparence enfantine. Les couleurs vives, la ligne courbe ou droite, les cercles et rectangles… Tous ces éléments participent d’un univers dont le concept ne tient pas dans une représentation naturaliste des choses, mais plutôt dans sa quintessence. L’artiste compose une abstraction avant tout prolongement dans l’imaginaire des spectateurs.


VERNISSAGE MARDI 15 MAI 18H30-20H30
Epicentre Factory, 5 rue St Dominique - Clermont-Ferrand
Entrée libre du lundi au vendredi de 9h à 18h.
OUVERTURE PENDANT LES ARTS EN BALADE
VENDREDI 25 MAI : 14h - 19h
SAMEDI 26 MAI : 10h-12h / 14h-22h
DIMANCHE 27 MAI : 11h-19h

Aïe !

EXPOSITION DU 1er AU 30 MARS 2018

CÉCILE MESNIER Aïe !

L’origine d’une œuvre de Cécile Mesnier est souvent photographique.
Partir d’une image du réel afin que celui-ci disparaisse au gré des couches posées par ses impulsions picturales pourrait définir sa démarche. Toutefois, ne nous méprenons pas car l’artiste ne fuit pas le réel. Elle semble plutôt tourner autour via les chemins de l’onirisme. Car, au détour de ces rêves et hallucinations, c’est bien de nos propres et réelles situations d’êtres vivants et pensants qu’il s’agit. Toutes les œuvres présentées sont des portraits.
De qui, de quoi, de quelle époque, d’où viennent-ils ?
A chacun de voir ce qu’il souhaite et c’est surtout dans son imagination qu’il est bon d’aller chercher ses vérités. Tout en n’oubliant pas, bien sûr, que le masque démasque…

Exposition de peinture du 1er au 30 Mars
Epicentre Factory du lundi au vendredi de 9h à 18h00
Vernissage Samedi 10 Mars 18h30 en présence de l’artiste qui se produira en concert avec la formation Mauvaise Surprise (trans-hypno-animale)

MARS 2018 - Interview de Cécile Quintin, directrice de Ici Est l’Art, à l’artiste peintre Cécile Mesnier.

Dans vos peintures Cécile il y a une grande part de liberté quand à la représentation des figures. D’où vous vient l’inspiration pour les sujets ainsi dessinés ?

Cécile Mesnier : « L’inspiration me vient de plein d’endroits différents. Qu’il s’agisse d’affiches de concerts, de BD, de films, de peintures, de pochettes de vinyles, de badges, du travail, des loisirs. Je pioche à chaque endroit des éléments qui me plaisent, un graphisme, des couleurs, une idée et je commence à construire mentalement un univers qui serait propre à chaque peinture. En général, tout cela s’écroule bien vite sur la toile ou le papier et je me fais surprendre par ce qui arrive. Alors la peinture peut commencer... »

Les œuvres présentées sont-elles dans la continuité de vos précédentes créations, y a t il une évolution dans votre pratique et quelles sont les pistes à venir ?  

C.M. : « Les œuvres présentées constituent une nouvelle série où j’ai décidé de lâcher le « motif » et le « souci » de représentation pour m’embarquer de façon beaucoup plus directe dans la figuration et la proposition d’univers. Je vois ces peintures comme des arrêts sur image d’un temps, d’une action en train de se produire et j’essaye finalement de les caricaturer en elles-mêmes, de les rendre presque « trop » jusqu’à faire « Aïe ! Cette tentative parfois « brutale » est une forme de concentration d’images, de couleurs, de temps. Une sorte de combinaison saturée du monde d’aujourd’hui. Je souhaite prolonger cette série en radicalisant peut-être encore plus les graphismes, le choix de la construction de l’image, des couleurs, pour aller plus vite et de façon plus claire dans un propos. Je ne sais pas encore de quels sujets il s’agira... »

Le soir du vernissage vous allez vous mettre en scène dans le groupe Mauvaise Surprise. Pouvez-vous nous en parler un peu ?

C.M. :  « Tout d’abord, je vous rappelle le style de notre groupe avec Blandine Comte, batteuse du groupe. Il s’agit de « Trans-Hypnose-Animale » cela vous laissera peut-être dubitatifs...et c’est bien ce qu’on recherche : à vous surprendre ! Je peux dire qu’il y a directement un lien entre ma peinture et ma façon de jouer du clavier dans « Mauvaise Surprise ». Il s’agit de répétition de motifs, de transformations, de ruptures, d’accumulation, de saturation... de quelque chose qui nous embarque et nous fait perdre nos repères. Voilà ce qui me plaît ! Et aussi de peut-être réussir à vous faire bouger quelques membres pour embarquer avec nous... »
Retour en vidéo du concert inaugural :